jump to navigation

Marxisme et Empiro-masculinisme 11 décembre 2008

Posted by kokomag in Edito - KoKomaG.
Tags: , , , , , ,
trackback

Camarade ! Tu as sous les yeux la dernière livraison de KoKomaG, le magazine marxiste drôle, léger et …impitoyable !

Organe de propagande du spectre communiste, il te livre la ligne juste qui te permettra de te guider dans ta longue marche vers la révolution.

  • Lis-le vite,
  • Reproduis-le en de nombreux exemplaires,
  • et redistribue le tel un virus marxiste au sein de ton lieu de travail.
  • Apprends le ensuite par cœur afin d’en faire profiter tes camarades illettrés.

et surtout rappelle toi :

« Sans kokomag, le communisme serait une erreur ! » (frédéric nietzsche)

Ernesto et Vladimir

———————————–

Marxisme et Empiro-masculinisme

Camarade, pour travailler à la pérennisation de la révolution, il faut veiller à ce que la classe prolétarienne se dépasse encore et toujours. Aussi, faut-il garder

une veille active envers les figures multiples et de la réaction. Pour masquer l’arbitraire de son système d’exploitation, le capitalisme a besoin de toutes sortes de pseudo-justifications quitte à se réapproprier à bon compte, les dominations les plus archaïques. ?

Un exemple, le patriarcat, qu’on peut résumer par le slogan « tout le pouvoir aux PAPA ! »

Notre attention a donc été attirée sur un courant particulièrement pervers et réac appelé le « masculinisme », un courant qui prétend défendre les « hommes » contre les « excès  du féminisme ». Dans ce cadre, il pratique la « défense des pères » et tente de réhabiliter le respect de sa différence chromosomique mise à mâle par des « féministes fanatiques », vaste programme !

Évidemment ces messieurs ce défende de tout phalocratisme et prétende retrouver le respect et la réelle égalité qu’il convient à leur statut de « minorité opprimée »…sans blagues ! Ils y apportent dans la foulée moult arguments « scientifiques », pouvant se résumer à : « les femmes ne sont pas identiques aux hommes » ! En effet, quoi de plus « évident » qu’une différence de physiologie pour justifier une oppression sociale. Une « réponse» réactionnaire classique envers un mouvement de libération consiste à « biologiser » des comportements sociaux. C’est une tendance de la recherche en psychologie et en sociologie venant des pays capitalistes qui prétend prouver que la chimie du cerveau et la génétique détermine les comportements humains et animaliers, dans le but avant tout de nier la réalité de la lutte des classes. Pour ces pseudo-chercheurs, très médiatiquement corrects, tout serait prédéterminé par la génétique et donc par exemple la différence sexuelle qui, en effet, à un rapport avec la génétique… mais pas seulement. Ces recherches font ainsi volontairement l’impasse sur le fait que l’environnement social, intellectuel et culturel influence fortement la chimie du cerveau c’est à dire les comportements.

En somme, il s’agit d’un simplisme scientifique à vocation purement idéologique, et pratiquer le simplisme dans un phénomène complexe caractérisé par un contexte d’oppression en fait le digne héritier de la théorie des races supérieures et inférieures chère à l’époque coloniale.

C’est sur ce terrain, miné par la « génétique comportementale », que se déploie ce courant néoconservateur voyant l’homme menacé par « la perte de sens et de valeurs de la société» qui mènerait à la perte de virilité par la perte de qualité du sperme…au secours !

Bref, le « masculiniste » sous ses dehors « scientifique » et « ouvert » milite en fait pour garder la femme soumise et docile, car de son point de vue, une femme n’a que deux rôles « naturels » : La maman ou la putain. Et tant pis si pour gérer cette contradiction, il faut la traiter à coup de beignes ! Ainsi, les « masculistes » vont systématiquement contester les études sur les phénomènes de violence faite aux femmes, ce qui est proprement dégueulasse de notre point de vue !

Faut-il te rappeler Camarade, que le Communisme ne connait que des femmes et des hommes égaux, libres de leurs choix et maitres de leur destin !

Or, aujourd’hui, nous assistons à un retour musculeux des prétentions à la domination sexiste dans les rapports sociaux. Cela s’illustre notamment par la marchandisation du corps, territoire sexué dans lequel il n’y a pas d’égalité entre le « produit » et le « client ». La violence de la pornographie et les nouvelles formes de prostitutions prenant des filles de plus en plus jeune pour pratiquer des actes de plus en plus « hard » …c’est à dire brutal sont les symptômes les plus évidents de cette « évolution ». Mais on doit aussi s’intéresser aux formes de pornographie plus « soft » comme on en voit sur les murs de la ville et dans TOUS les abris-bus.

L’œil se laisse conditionner par le bombardement quotidien de modèles de filles à peines pubères, dénudées, destinées à vendre telle marque de sous-vêtement ou tel aspirateur. Évidemment, leur plastique « idéale » et leurs proportions « optimale » sont retouchées par ordinateur et il n’y a que peu de chance pour croiser une de ces déesse publicitaire en rue.

La situation diffère sensiblement pour les hommes « sandwich » qui font la promotion de slips virils ou d’après-rasages so masculins. Si la chance de rencontrer en rue de pareil « gladiateurs glabres » à l’impressionnant service trois pièces de compétition débordant de leur calebar est toute aussi peu probable. La maturité de leur traits, leur attitude fière et altière ne fait pas douter qu’eux (queue ?) ont la majorité légale et que leur statut est celui d’un « dominant » (ou mâle alpha).

L’image de la domination sexuelle apparait lorsque l’on confronte sur papier glacé l’image de jeunes jouvencelle face à des hommes qui par leur physique, leurs atours et leurs attributs virils nous montrent l’image de la réussite sociale et de la supériorité « naturelle ». C’est le différentiel d’âge et de maturité représenté, qui crée l’illusion d’un rapport de force et de domination en faveur de l’homme.

Autre exemple montrant que la presse bourgeoise à des problèmes avec le genre, ce jeudi 04 décembre elle titrait que « quatre gangsters déguisés en femme dérobent pour 80 millions d’euros en bijoux à Paris ». Ensuite, on dira que seulement trois des quatre gangsters étaient déguisés en femmes et comme la presse est vraiment précise, on pourra même lire que deux étaient déguisés en femme et les deux autres en hommes. A aucun moment, on n’a suggéré que quatre femmes puissent braquer une bijouterie sans être dûment chaperonnées par UN cerveau… Croire que seule la moitié de l’humanité est capable de braquer la bourgeoisie est sans doute rassurant pour le capital mais… c’est faux !

Les mouvements de résistance en ’40-’45 n’étaient rien sans les femmes, la guerre d’Algérie fut aussi une affaires de femme et dans tous les mouvements de décolonisation les femmes on sut prendre plus que leur part, cela à été le plus souvent oublié par les hommes… mais seulement après la victoire.

Kokomag lui, s’en rappelle et sait qu’il n’y aura pas de liberté et de justice, tant qu’il restera une place pour le machisme, Vamos !

Ernesto et Vladimir

Quatre femmes attaquent une bijouterie à Paris

http://www.lepost.fr/article/2008/12/05/1347449_80-millions-d-de-bijoux-voles-a-paris-ils-ont-tout-rafle-en-15-mn.html

Trois femme et un homme vole 80 millions d’euro de bijoux

http://www.lepost.fr/article/2008/12/04/1346818_braquage-une-bijouterie-de-l-avenue-montaigne-devalisee.html

Maintenant il n’y a plus que deux cambrioleurs déguisé en femme sur les quatre

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/12/05/01016-20081205ARTFIG00315-spectaculaire-braquage-a-paris-.php

L’homme libre à la virilité défaillante

http://leshommeslibres.lalibreblogs.be/archive/2008/11/28/sperme-l-humanite-en-peril.html#more

Pour la lutte des classes et la libération des femmes

http://vamos.zeblog.com/

Publicités

Commentaires»

1. jo-tex - 30 juillet 2009

les machos t emmerdent pauvre con

2. personanongrata - 26 août 2009

C’est drôle cacamarade comme avec le féminisme les recherches de la science sont parfois encencé quand elle vont dans le sens du poil de la gynosupériorité et que lorsque celles-ci vont contre les fabulations du sacro-sanctus dogme (ineptie du genre: le sexe est socialement construit %P ).

Mais je comprend la servilité des cacamarades devant leurs maitresses gynarchistes. Après tout les deux idéologies sont construites sur la même logique: les Femmes d’un côté incarnation de l’humain parfait et le mâle de l’autre l’untermensch, la sous-femme, l’incarnation de l’abjection la source de tout les vices et injustice. La lutte des «sexes» (aussi nommé lutte des classes), une logique de haine.

😛

3. La journée de la Stella « Kokomag's Blog - 5 mars 2010

[…] Lire aussi le KoKomaG du 11 décembre 2008 :  Marxisme et Empiro-masculinisme […]

4. KoKomaG, Le Procès « Kokomag's Blog - 28 octobre 2010

[…] et ils ne sont pas très macho non plus : le « masculiniste » sous ses dehors « scientifique » et « ouvert » milite en fait pour garder la femme soumise et docile, car de son point de vue, une femme n’a que deux rôles « naturels » : La maman ou la putain. Et tant pis si pour gérer cette contradiction, il faut la traiter à coup de beignes ! Ainsi, les « masculistes » vont systématiquement contester les études sur les phénomènes de violence faite aux femmes, ce qui est proprement dégueulasse de notre point de vue ! » – Marximes et empiro Masculinisme – 11 décembre 2008 – https://kokomag.wordpress.com/2008/12/11/marxisme-et-empiro-masculinisme/ […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :