jump to navigation

Misère de la Sarkosophie 13 novembre 2009

Posted by kokomag in Edito - KoKomaG.
Tags: , , , , , , , ,
trackback

Camarade ! Tu as sous les yeux la dernière livraison de KoKomaG, le magazine marxiste et satyrique !
Organe de propagande du parti communiste S.P.E.C.T.R.E.
Chaque semaine il te livre la ligne juste mais pas forcément droite qui te permettra de te guider dans ta longue marche vers la révolution.
Lis-le vite, reproduis-le en de nombreux exemplaires et redistribue-le, tel un virus marxiste au sein de la bulle internet.
Et pendant tes minutes de pause, pour donner un sens à ton désarrois, relis à haute voix les tome I, II et III des Misérables de Victor HUGO !

« Vous voulez les misérables secourus, moi je veux la misère supprimée. »  Victor Hugo – Extrait de Quatre-vingt-treize

Misère de la Sarkosophie !

Camarade,

En ces temps d’incertitude matérielle, KoKomaG a choisi de te donner quelques recettes de survies utiles. Il a donc choisi de se pencher sur « l’underlumpenproletariat« , les homeless, les traine-écrouelles, les purs produits d’un présent tout entier voué à sa lente annihilation…les « pôvres » !

Le « pôvre » est celui qui n’a pas accès aux biens de consommation dans un monde où tout est marchandise. Le pauvre n’a donc accès à rien. Il est sale, car il n’a pas les moyens de se laver. Il est maigre, car il ne sait pas acheter à manger. Il vit dans la rue, car il n’a pas d’argent pour se loger…c’est un monstre !

Pour le prolétaire dont la seule source de revenu est la vente de son travail, le pauvre est, en résumé, un prolo qui n’a pas accès au travail. Celui qui travaille pour maintenir sont niveau de vie est alors, un pauvre « en sursis ».

Bien sûr, le capitalisme a pris soin de différencier le bon du mauvais « pôvre » :

  • le bon « pôvre » c’est le mendiant suppliant et puant auquel on refuse l’aumône ou pire la lui jette. Il est le « looser » naturel conscient de son infirmité et de sa juste déchéance.
  • Le mauvais « pôvre » c’est celui qui se rebelle voire qui se prétend travailleur s’il est marxiste prolétaire.

Le pauvre qui se révolte ou qui simplement « délinque » est ainsi assimilé à un danger. Il propose en effet des alternatives à la place dans laquelle il s’est trouvé amené. Même si ces alternatives sont discutables, elles ne diffèrent pas spécialement des méthodes qu’utilise le capitalisme pour s’imposer.

Pour soigner cet indigent, le système a inventé un endroit mer-vei-lleux : l’institution pénitentiaire, mélange subtil de barbarie médiévale et de technocratie hi-tech. Il va de soi que cette institution génère en elle-même ses propres dysfonctionnements. Elle s’évertue donc à reproduire et à multiplier les « délinquants » qui viendront s’ajouter à la surpopulation de ses pensionnaires. Pour t’en convaincre relis le témoignage des aventures carcérale de Jean-Marc « direct» Rouillant.

La méfiance est donc de mise envers le nomade rom dont la copine fait la manche pendant qu’il kidnappe les enfants de la bourgeoise; c’est un faux « pôvre » mais un vrai barbare à raccompagner d’urgence par charter dans un pays plus « accueillant ».

Le bon pauvre est utile au capitalisme, son épouvantable existence est un magnifique croquemitaine pour faire accepter aux masses laborieuses des conditions de travail de moins en moins favorables, de plus en plus précaires. Il permet au gentil travailleur de se croire supérieur à …ça … et à remercier son patron pour le bel emploi qu’il daigne lui bailler.

poverty_homeless_french_man_shopping_trolley

A homeless man in Paris - Eric Pouhier : http://en.wikipedia.org/wiki/File:HomelessParis_7032101.jpg

Reste à préciser le comment on crée les « pôvres »,

Dans le tiers-monde, rien de plus simple : on pique directement les terres cultivables et l’accès aux ressources vitales (eau, bois…), les pôvres viennent ainsi « naturellement » s’entasser en bordure de ville. On appelle cela le « développement économique », l’opérateur s’appelle le FMI, banque mondiale.

Pour le quart-monde, c’est un peu plus subtil, on invente le (sur)crédit à la consommation, théoriquement (mais seulement théoriquement) basé sur la capacité d’emprunt liée aux revenus. Si jamais le remboursement des traites se fait attendre, il n’y a plus qu’à se servir. C’est un job dévolu aux banques et à l’état pour opérer la saisie. Attention cependant à ne pas abuser de ce système sinon c’est la banqueroute voire le fameux « subprime ».
Car, comme le dit si bien la sagesse bourgeoise, des « pôvres » comme du reste : « quand il y en a un ça va, quand il y en a trop … »

Trop de pauvres menacent la crédibilité de l’illusion de la prospérité.
Le danger, c’est que le bon peuple les reconnaisse comme un futur possible, comme un semblable et qu’il réclame des comptes au système qui les a créés.

Alors, en ce temps de commémoration de la « der des ders », le capitalisme a donc déclaré une double guerre :

  • frapper toujours aussi violemment les peuples « pôvres » du tiers-monde, histoire de leur apprendre à vivre « comme nous », gens civilisés
  • s’attaquer également aux « pôvres » bien de chez nous, quart-monde ou migrants issus du tiers, histoire de garantir l’hygiène de nos stations de métropolitain et de repousser « les invasions barbares »

Inutile de préciser qu’il se contrefout du tiers comme du quart, le capitalisme n’a de fait ni dieu ni maître et est par delà le bien et le mal. Le capitalisme est un système « libertaire de droite ». C’est là toute sa philo..heu sarkosophie !

Résumons donc :

  • Pour réduire le nombre de « pôvres de loin », on utilise des bombardiers, pour les « pôvres de chez nous » la prison et tous ses dérivés (centres de rétention, zone d’attente pour inadmissibles…)
  • Ceux qui restent sont exhibés dans « la rue » ou « les camps de réfugiés » afin de servir d’exemple édifiant au « bon peuple » voire même de main d’œuvre de secours, il n’y a pas de petits profits.

C’est pour cela que les bolchevistes ne parlent pas de « pôvres »et encore moins de « bon peuple ». Ils parlent de prolétaires et refusent ce système qui crée la misère sous prétexte de créer de la richesse.

Ce monde, tiers ou quart, ils lui font crier :
« Prolétaire de tous pays, unissez-vous ! »

A la semaine prochaine
Vlad et Ernest

La guerre aux pauvres
http://as.unblog.net/?p=70

Faire la guerre aux pauvres!
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/opinions/carrefour/200901/13/01-817286-faire-la-guerre-aux-pauvres.php

« Nicolas Sarkozy, pourquoi ton père a fui la Hongrie ? »
http://www.afrik.com/article10820.html

Sarkozy père a d’«excellentes relations» avec son Président de fils
http://www.liberation.fr/politiques/0101560548-sarkozy-pere-a-d-excellentes-relations-avec-son-president-de-fils

Interdit d’enseigner dans toutes les prisons belges pour des “raisons de sécurité” – Luk Vervaet
http://www.legrandsoir.info/Interdit-d-enseigner-dans-toutes-les-prisons-belges-pour-des.html

Appel: Interdit professionnel pour Luk Vervaet?
http://www.lcr-lagauche.be/cm/index.php?view=article&id=1406%3Aappel-interdit-professionnel-pour-luk-vervaet&Itemid=53&option=com_content

Changement de prison pour Jean-Marc Rouillan. Et après ?
http://www.lepost.fr/article/2009/10/30/1766708_changement-de-prison-pour-jean-marc-rouillan-et-apres.html

Les trop longues chroniques carcérales de Jann-Marc Rouillan
http://www.lepost.fr/article/2009/09/24/1710982_les-trop-longues-chroniques-carcerales-de-jann-marc-rouillan.html

Les chroniques carcérales de Jann-Marc Rouillan par Paco
http://www.lemague.net/dyn/spip.php?article4390

Jean-Marc Rouillan : « Tu crois qu’ils veulent me faire crever ? »
http://www.lepost.fr/article/2009/09/28/1715888_jean-marc-rouillan-tu-crois-qu-ils-veulent-me-faire-crever.html

« Subprime » : explications d’une crise
http://www.lesechos.fr/info/finance/300194636.htm

Internationale des résistants à la guerre
http://www.wri-irg.org/fr/frhome.htm

Monuments aux morts pacifistes
http://moulindelangladure.typepad.fr/monumentsauxmortspacif/

entrelac-01

Publicités

Commentaires»

1. Frakounine - 13 novembre 2009

« les homeless, les traine-écrouelles, » : au moins du bon temps du Roy, Sa Majesté supprimait les écrouelles de ses sujets quels qu’ils soient !

A bas la gueuze !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :