jump to navigation

Je suis une rivière pour mon peuple 4 février 2011

Posted by kokomag in Edito - KoKomaG.
Tags: , , , , , , , , , ,
trackback

Camarade ! Tu as sous les yeux la dernière livraison de KoKomaG !
Le « Al-Yassari Al-Arabi » (1) du S.P.E.C.T.R.E.
Aujourd’hui, après 2 semaines plongés dans les arcanes de l’apolitique belge, nos vaillants rédacteurs se tournent vers des cieux plus cléments dotés, malheureusement, de gouvernements. Embarquement immédiat pour l’Egypte où le camping révolutionnaire ne se fait pas par internet !
N’oubliez pas de faire suivre cet article à tous tes frères musulmans ou non.

Et cette semaine, qui a dit : « Internet n’est pas seulement une révolution industrielle. C’est aussi une révolution politique : elle touche au pouvoir ; elle bouleverse les rapports de force. Par là, elle est profondément déstabilisatrice. » ?

a) Mao Zedong, sur son blog « l’e-p’tit livre rouge« .
b) Hosni Moubarak, le 27 janvier avant de tout couper.
c) Jean-Marie Messier, dans son « j6m.com »
d) nanouchka47, sur le forum « Amy Winehouse :trop défoncée pour la B.O. de James Bond ? »

Note en bas de page :
(1) »Al-Yassari Al-Arabi« , littéralement « Le gauchiste arabe », est une revue fondée par Mahmoud Amin Al-Alem et d’autres intellectuels égyptiens de gauche. (http://hebdo.ahram.org.eg/arab/ahram/2009/1/14/egypt6.htm)

Je suis une rivière pour mon peuple

Camarade !

Les peuples arabes sont en pleine révolte, après que le régime tunisien corrompu ait été balayé par une vague populaire, aujourd’hui c’est dans le coeur historique du monde arabe, en Égypte que tout se joue. S’il n’y pas lieu de verser ne fut-ce qu’une seule larme sur le régime militaire, inféodé à l’empire américain du général grabataire Hosni « MOU BARAKI », la révolution, la vraie, n’est pas encore gagnée loin de là et semble même devoir prendre la forme d’une guerre populaire prolongée. De plus, contrairement à la Tunisie qui est un petit pays situé dans un zone régional relativement calme, un changement de régime au Caire va influencer toute la région sur les plans politiques, économiques et militaires.

A l’aide des catégories infaillibles de l’analyse marxiste éclairée par les lumières du spectre de Lénine et affûtée de l’humour groucho-marxiste, analysons de plus près les acteurs en présence et tâchons de découvrir collectivement « à qui profite le crime ».

Les forces qui veulent la peau du président :

Les frères musulmans

Photo : Ben Curtis - AP

Commençons par ceux qui font trembler d’effroi les éditocrates français et les autres ovins du monde entier… les islamisss’ (mot à prononcer avec toute la gravité qu’il se doit).

Redouté par les uns, minimisés par les autres, adulés par beaucoup, les Frères Musulmans sont incontestablement les « outsiders » les plus sérieux du régime militaire actuel. Bien que populaires, ils ne prétendent pas s’affirmer comme une force de progrès et d’émancipation des peuples : les frères assument leur côté « réacs chics ». Leur programme politique : la lutte contre les injustices sociales criantes du régime néo-colonial pro-américain mais (et ce mais n’est pas négligeable) ils insistent d’abord sur une démocratie compatible avec leur « musulmanitude ». Ils constituent la principale force d’opposition, historiquement implantée dans le pays depuis les années ’20. En 2005 ils représentaient un peu moins de 20% du parlement égyptien. Aujourd’hui, en cas d’élections, ils sont certains de jouer un rôle politique majeur. De là à réussir une révolution à l’iranienne, rien n’est moins sûr…

Les BARAKIS et les quelques pauvres qui savent lire

Contrairement à la Tunisie, dont les classes populaires sont fortement éduquées, coquetterie française oblige, les pauvres en Égypte n’ont pas eu accès à l’éducation et sont largement analphabètes. Cette masse brute de décoffrage, jeune et sans rien à perdre, forme le gros du contingent des manifestants. À cette jacquerie, s’ajoutent les représentants d’une très petite bourgeoise démunie, possédant un minimum d’éducation mais totalement oubliée par le système, qui a tout à gagner dans un changement de régime.

Les chrétiens coptes

Les chrétiens d’Égypte forment en effet la communauté la plus pauvre du pays. On y trouve par exemple la légion des chiffonniers qui grattent et trient les poubelles des grandes villes afin de construire le plan média de feu « soeur Emmanuelle ». Après avoir servi de feu d’artifice post-messe de minuit, les communautés chrétiennes du Caire et d’Alexandrie rejoignent les rangs des opposants à Moubarak, qui n’était pas spécialement efficace pour assurer leur « sécurité » : en trente ans, le régime de Hosni Moubarak n’a rien fait pour améliorer économiquement leur sort. Toutefois, l’État, se voulant officiellement « laïque », il a permis la promotion de certains Coptes au sein de l’armée et de la police. Ces gradés d’origines chrétiennes offraient en outre la garantie de réduire l’influence des Frères Musulmans au sein de ces institutions. On n’est jamais trop prudent !

L’homme providentiel et qui plaît même à l’empire

Si un homme se profile bel et bien « challenger » de Moubaraki c’est Mohamed « no nuke for Iran » El Baradei. Ancien directeur de l’Agence Internationale pour l’Énergie Atomique (AIEA) et prix Nobel de la paix en 2005, El Baradei est LA figure que Washington et Langley (la verte commune où crèche le bureau central de la CIA) voudraient voir reprendre les rênes du pays des pharaons. Pour ces derniers, seul Baradei serait capable de maintenir le statu quo dans la région et dans les relations entre l’Égypte et Israël. Il aurait même déjà réussi à obtenir le soutien de la jeunesse, de la petite bourgeoisie et même selon certains, des Frères Musulmans.

Il n’est cependant pas certain que demain, le soutien US lui soit favorable face à une rue qui reproche à Mc Obama de minauder par rapport à Moubaraki.

En pratique, El Baradei permettrait surtout d’éviter un raidissement de l’attitude internationale vis-à-vis du pays, dans le cas de la chute de Moubarak. Cela donnerait le temps aux Frères Musulmans pour s’installer dans la vie politique et publique égyptienne.

Ceux qui le défendent encore ou presque

L’armée « du peuple »

Les chars sont dans les centres urbains, et on a pas (encore) eu de massacre. On entend même parler çà et là de fraternisation entre les militaires et le peuple descendu en rue. Bien sûr, comme une grande partie des manifestants, les simples bidasses sont issus des classes populaires. Les juteux présents également sur le terrain sont eux plutôt représentatifs de la petite bourgeoisie urbaine. En somme, les troupes déployées en ville partagent donc avec les manifestants une communauté de point de vue et d’intérêt, ce qui rend la fraternisation possible… En revanche, cette communauté de classe n’est plus vrai lorsque l’on regarde les officiers et les officiers supérieurs. En effet, ceux-ci sont plus proche de la bourgeoisie qui a beaucoup plus à perdre dans un changement de régime.

D’autre part, l’armée de l’air, dont est issue le président Moubarak, lui est naturellement fidèle. D’autant que les militaires qui compose l’armée de l’air sont, historiquement, plus proche de la bourgeoisie que des classe prolétarienne.

A noter qu’en bon dictateur militaire, Moubaraki a su gâter ses pairs, leur permettant par exemple d’investir le secteur privé, allant jusqu’à contrôler la quasi-entièreté du secteur touristique. Rappelons-nous aussi que le tourisme représente la plus grande source de devises en Égypte, avec presque 15% du PIB. De plus, l’armée reçoit une large subvention annuelle pour son matériel et ses menus frais… de la part des USA.

Difficile dès lors de croire que le corps des officiers renoncera pacifiquement et démocratiquement à de tels privilèges.

Les flics du président

Bien qu’issus largement des classes populaires, ces derniers ont tout à perdre d’un changement de régime. Leur niveau de vie et leur reconnaissance sociale sont entièrement dépendants de leur activité. De plus, en cas de révolution, cette police peut craindre une juste volonté de revanche populaire. Surtout au vu des exactions commises ces dernières semaines… et ces trente dernières années. Citons donc le poète Aragon : « descendez les flics, camarades » !

Le gouvernement israélien

Tel-Aviv envoie des signaux contradictoires. D’une part, il y a ceux qui tremblent à l’idée que le peuple d’Égypte prenne le pouvoir et déclare son soutien aux Palestiniens, notamment au Hamas qui pour rappel est installé à Gaza. D’autre part, certains, comme les producteurs de gaz de Haïfa, voient dans la crise égyptienne des opportunités pour vendre leurs produits, les exportations gazières en provenance d’Égypte étant actuellement quelque peu perturbées…

Ceux à qui cette crise fait perdre gros

Les transporteurs internationaux

Pour l’instant, il est toujours possible de passer par le canal de Suez — « ouf » se disent les pirates somaliens — mais il n’est plus possible actuellement de débarquer de la marchandise en Égypte. On estime que les troubles actuels ont déjà fait perdre près de 49 milliards de dollars aux bourses arabes. Cela, sans qu’on puisse encore estimer les coûts au niveau de l’économie égyptienne elle-même. Comme à chaque fois que l’on touche à la tranquillité du canal de Suez, les spéculateurs et les investisseurs s’inquiètent, ce qui menace de faire repartir à la hausse les marchés pétroliers. Malgré l’existence de l’oléoduc SUMED qui contourne le canal, mais qui traverse tout de même l’Égypte. Bref, la révolution démocratique n’a pas intérêt à s’éterniser… ou alors elle aura affaire à eux.

Pour conclure

L’Europe, la France, les USA, toutes les grandes bourgeoisies industrielles occidentales se félicitent de la volonté démocratique que montre le peuple d’Égypte… pour autant que cela ne change RIEN ! Les économies occidentales s’accommoderont de n’importe quel gouvernement, tant que celui-ci garantit le libre passage sur le canal de Suez. Israël se résignera à émergence d’une démocratie chez son voisin égyptien, pour autant que ce dernier ne fasse preuve d’aucune initiative concernant la politique intérieure israélienne… à savoir l’occupation, la spoliation et l’oppression du peuple palestinien.

Cependant, les peuples arabes pourraient ne pas vouloir se montrer raisonnables. Ils pourraient très bien se doter d’une vision à plus long terme que le simple rétablissement de la démocratie. Ils pourraient pousser leur révolte jusqu’à accomplir une véritable révolution. Dès lors, tel que si le nez de Cléopâtre avait été plus court, la face du monde s’en trouverait bouleversée.

Hasta siempre !
Vlad et Ernest aux pyramides

Pourquoi l’Égypte n’est peut-être pas la Tunisie – BHL – 03/02/2011
http://www.lepoint.fr/editos-du-point/bernard-henri-levy/pourquoi-l-egypte-n-est-peut-etre-pas-la-tunisie-03-02-2011-135225_69.php

Égypte: ElBaradei veut rassurer – AFP – 03/02/2011
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/02/03/97001-20110203FILWWW00382-egypte-elbaradei-veut-rassurer.php

EN DIRECT. Égypte : situation toujours confuse au Caire
A. D., A. C. avec AFP Publié le 03.02.2011,
http://www.leparisien.fr/crise-egypte/en-direct-egypte-situation-toujours-confuse-au-caire-03-02-2011-1297967.php

EN DIRECT. Égypte : le régime fait la chasse aux journalistes
A. D., A. C. avec AFP Publié le 03.02.2011
http://www.leparisien.fr/crise-egypte/en-direct-egypte-le-regime-fait-la-chasse-aux-journalistes-03-02-2011-1297967.php

L’Égypte, le monde arabe et la démocratie- LEMONDE – 03.02.11 – Alain Frachon
http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/02/03/l-egypte-le-monde-arabe-et-la-democratie_1474645_3232.html

L’Autorité palestinienne interdit les rassemblements en lien avec l’Égypte ou la Tunisie
http://www.rtlinfo.be/info/monde/international/772809/l-autorite-palestinienne-interdit-les-rassemblements-en-lien-avec-l-egypte-ou-la-tunisie

Une coupure d’Internet estimée à 65 millions d’euros pour l’Égypte
http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-une-coupure-d-internet-estimee-a-65-millions-d-euros-pour-l-egypte-32812.html

Croissance forte, plaies persistantes – Par Pierre MAGNAN
http://info.france2.fr/economie/croissance-forte-plaies-persistantes-67135370.html

L’Égypte, une puissance énergétique en plein chaos
http://www.reussirbusiness.com/12351-L-Egypte-une-puissance-energetique.html

Égypte: des pertes de 49 milliards de dollars sur les bourses arabes
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5isJiw3-9LKWSIIKSjlP2ZLEJbUpQ?docId=CNG.02c1ee81a626370aae94c9da03486759.a51

La vague de changements bouscule les États-Unis – Christophe SCHMIDT Agence France-Presse
Washington
http://www.cyberpresse.ca/international/dossiers/crise-dans-le-monde-arabe/201102/02/01-4366227-la-vague-de-changements-bouscule-les-etats-unis.php

Egypt and Indonesia – Thomas Carothers New Republic, February 2, 2011
http://www.carnegieendowment.org/publications/index.cfm?fa=view&id=42467

ISRAELVALLEY – L’ÉCONOMIE ISRAÉLIENNE POURRAIT TIRER PROFIT DE LA CRISE ÉGYPTIENNE: le gaz israélien devient rentable, le shekel baisse et les exportations sont plus compétitives
http://www.israelvalley.com/articles/30158-israelvalley-l-economie-israelienne-pourrait-tirer-profit-de-la-crise-egyptienne-le-gaz-israelien-devient-rentable-le-she

Bientôt le pétrole à 150 $ ? – Par Cécile Chevré, le 3 février 2011
http://www.moneyweek.fr/20110247451/conseils/matieres-premieres/petrole-inflation-egypte-pipeline/

Israël soucieux de la paix avec l’Égypte et de la sécurité régionale
http://www.romandie.com/infos/news2/110130175403.twee3b4q.asp

Un pouvoir fragilisé en Jordanie – Pénélope Larzillière, sociologue – 31.01.11
http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/01/31/un-pouvoir-fragilise-en-jordanie_1472999_3232.html

Logistique : arrêt quasi-total des flux avec l’Égypte – 03/02/2011 – Gilles Naudy
http://www.lemoci.com/46150-logistique-arr%C3%AAt-quasi-total-flux-l%E2%80%99egypte

Les relations économiques entre Israël et l’Égypte ne devraient pas être remises en cause – dimanche 30 janvier 2011
http://un-echo-israel.net/Les-relations-economiques-entre

Les marchés votent Moubarak, comme DSK – Jack Dion – Mardi 1 Février 2011
http://www.marianne2.fr/Les-marches-votent-Moubarak-comme-DSK_a202379.html

6 octobre 1981 – Assassinat du président égyptien Anouar el-Sadate
http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMEve?codeEve=135

Arte dossier Égypte
http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/arte-journal/NAV__Egypte/3671656.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :