jump to navigation

Du jardin d’Eden à la corbeille de Wall Street 4 mars 2011

Posted by kokomag in Edito - KoKomaG.
Tags: , , , , , , , , , , ,
trackback

Camarade ! Tu as sous les yeux la dernière livraison de KoKomaG !
La mauvaise herbe du S.P.E.C.T.R.E.
Cette semaine, pendant que la Révolution est en affaire courante, KoKomaG se met au vert, et reviens sur nos chères semences génétiquement modifiées.
Envoie cet article à toutes connaissances ecolo-bobos, ça les transformera peut-être en « pastèque » !

Et qui a dit ?
« A quoi mènent les vociférations d’un José Bové et de ses affidés contre la mondialisation, qui profite d’ailleurs aux pays émergents? »

Du jardin d’Eden à la corbeille de Wall Street

A skyscraper behind a field of corn in Detroit. Photo by Baliad.

Pour nous qui vivons dans nos maisons de briques et de béton, la campagne est souvent synonyme de nature. Loin des villes et du bitume, le monde végétal croitrait librement. Le Paysan serait alors le jardinier qui n’aurait qu’à se pencher pour en ramasser les fruits. Biblique, mais faux ! Les paysans-agriculteurs triment toute la sainte journée, parfois même le dimanche, pour arracher à la terre de quoi nourrir nos ventres repus d’occidentaux ou leurs ventres vides du tiers monde.

Bref, dans le struggle for life, pour ne plus se viander, l’homme (qui est souvent une femme) a appris à planter : orge, blé, mil, voire même, pourquoi pas, du riz ! Et les plus veinards peuvent même boire de l’orge légèrement fermenté ou du blé distillé à 40° !

Pourtant, aujourd’hui, nos camarades prolétaires-paysans sont harcelés par les capitalistes de l’industrie agro-alimentaire à coup de circulaires et de réglementations étudiées. Alors, que dans notre confort bourgeois nous dissertons à l’infini des bienfaits de l’écologie raisonnée, une guerre économique fait rage aux portes mêmes de nos villes !

Pas de culture sans semence

Loin avant d’avoir ta baguette ou ton pain de campagne sur votre table, il y a une graine de blé !
Depuis 10 000 ans, « l’homo sapiens sapiens faber » – à savoir l’espèce de singe dont nous sommes les représentants – est un agriculteur. Après des siècles passés à courir après sa nourriture. Il s’est arrêté, a réfléchit et depuis, il mange ce qu’il plante… Mais camarade – retiens bien ce que t’apprend ton magazine préféré ! – on ne parle d’agriculture qu’à partir du moment où il commence à conserver une partie des grains pour les planter plus tard… et ainsi maitriser le cycle du blé.
Depuis la préhistoire, en passant par la révolution industrielle du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui, l’Homme-paysan devenu agriculteur a continué chaque année à conserver une fraction de sa récolte pour la replanter l’année suivante. Toutes les récoltes de l’humanité n’ont pas été parfaites, et l’Histoire est parsemée de disette et de famine, mais à force de sélection et de persévérance, nous avons petit à petit amélioré nos techniques et sélectionné les meilleurs blés, selon les climats sous lesquels nous vivons et les sols sur lesquels nous déambulons. Cette histoire telle un cycle de la nature aurait pu se perpétuer encore et encore sans l’avidité de quelques industriels mercantiles trouvant indécente cette méthode naturelle et gratuite. Ces derniers ruineront bientôt cette belle conquête tout cela par appât du gain, du pouvoir et haine du peuple !

L’histoire commence à se dégrader en 1932. En France, on édicte le premier catalogue officiel des semences. L’idée, part d’ailleurs d’une bonne intention – l’enfer en est pavé, dit-on -, s’assurer que toutes les semences d’une même espèce et d’une même variété portent le même nom. Cela devait former ainsi, une vaste nomenclature unifiée des appellations pour tous les végétaux cultivés pour l’alimentation de l’homme, comme pour celle des bêtes. Toutefois, pour qu’une espèce soit connue du catalogue il fallait déjà que quelqu’un fasse la démarche d’en demander l’inscription. Au début, cette inscription était facultative, elle n’est devenue obligatoire que dans les années soixante. Les règles pour l’inscription des semences n’ont depuis cessé de se complexifier. Il faut maintenant des analyses et des expertises pour pouvoir espérer inscrire une nouvelle variété dans le catalogue. La perversion capitaliste introduite dans cette collection est la suivante : il faut une inscription pour chaque variété ou espèce même si cette dernière est cultivée depuis des années, des siècles ou des millénaires. Et seuls les représentants de l’agro-industrie et les grands semenciers ont encore les moyens de financer cette couteuse procédure.

Dans le cas de la France, puisque la procédure y est assez bien documentée, pour proposer l’inscription de nouvelle semence au catalogue il faut avant tout passer par un organisme gouvernemental le GEVES qui teste et expertise les semences candidates. Il en coût ensuite 6.000 euros pour l’inscription et 2.000 de plus pour maintenir la mention dans le catalogue pour dix ans. Aux cotés de la mention de l’espèce et de la variété, on trouve le nom de l’obtenteur, c’est-à-dire le nom du capitaliste qui a privatisé cette variété spécifique par l’intermédiaire du catalogue.

exemple :
Nom de la variété ………….. : CHAPLINE
Espèce ………………………… : AVOINE
Liste …………………………… : CATALOGUE NATIONAL LISTE A
Code Gnis …………………….. : 510 A256
Année d’inscription …………… : 2004
Date d’inscription …………….. : 26/03/2004
Obtenteur ……………………… : SERASEM GIE
http://www.gnis.fr/index/action/page/id/257/var/CHAPLINE/esp/AVOINE

Depuis 2002, les catalogues sont harmonisés au niveau de l’Europe par la directive 2002/53/CE du Conseil. On n’arrête pas le progrès !
L’étape suivante est assez évidente. Puisqu’on à pour chaque espèce un obtenteur, il ne reste plus à celui-ci qu’a faire reconnaître son obtention comme un droit de propriété. Cela s’avère d’autant plus facile avec l’introduction des gènes marqués qui permettaient de reconnaitre très rapidement l’espèce et la variété des végétaux déposés…
Enfin, les mercantilistes de l’agroalimentaire sont satisfaits ! La moindre patate, le plus petit germe de blé peut enfin leur rapporter des royalties. C’est un mouvement mondial, les USA en sont les précurseurs et les promoteurs.

En Irak une des premières mesures prises par le gouvernement sous protectorat US a été de signer, le 26 avril 2004, le « décret n° 81 régissant les lois de propriété intellectuelle sur les semences. Le paragraphe 66 B ne peut être plus clair envers le droit paysan : « Les agriculteurs seront interdits de réutiliser les semences de variétés protégées (…) »: L’accès aux semences, l’agro-industrie donne le ton. – http://www.oxfamsol.be/fr/L-acces-aux-semences-l-agro.html

Privatiser les céréales qui nous nourrissent, ça rapporte : 2.483 Millions d’euros pour l’année 2009 rien que pour la France (Le chiffre d’affaires semences et plants – Campagne 2008/09 – http://www.gnis.fr/index/action/page/id/25 )

Cependant, comme surveiller tous les champs de la planète (surtout dans le tiers monde, essentiellement paysan) est pour le moment encore une chose impossible, les grands de l’agro-industrie ont inventé les plantes stériles. Celles-ci poussent merveilleusement durant une année, mais on ne peut ensuite pas faire germer leurs graines.

Un témoignage d’une paysanne du Malawi :

«La première année, nous avons eu une très bonne récolte, souffle-t-elle. J’étais contente. Mais ensuite, je n’ai plus eu de subventions pour les semences, juste pour les engrais. J’ai replanté des graines de la saison précédente, comme d’habitude… Mais elles n’ont rien donné.» Les semences hybrides sont des graines sélectionnées artificiellement. Leur variété n’étant pas «stabilisée», elles ne peuvent pas se reproduire d’une saison à l’autre. Surtout, au nom de la propriété intellectuelle, il est interdit de replanter des semences Monsanto. – Malawi, les champs captifs de Monsanto – http://www.liberation.fr/terre/01012322087-malawi-les-champs-captifs-de-monsanto

Classic 1996 United Nations publication now available online in new 2001 edition for all to read. - http://www.cityfarmer.info/2011/02/26/major-news-%E2%80%9Curban-agriculture-food-jobs-and-sustainable-cities%E2%80%9D-now-online/

La planète paysanne se retrouve ainsi entièrement dépossédée de a à z de sa découverte fondamentale, le cycle des moissons ! De la graine à la semence, la sacro-sainte propriété privée fait capital de tout bois et le camarade paysan se retrouve gros jean comme devant (ou la camarade paysanne, grosse jeanne par devant c’est selon).

Pourtant, la révolte gronde, partout croquants et nu-pieds fourbissent leurs fourches et brandissent la faucille révolutionnaire en signe de main tendue envers le marteau prolétaire. Des circuits de distribution parallèles se mettent en place, ici et là-bas on se libère des entraves des grands semenciers et l’on réinvente la semence libre. La nature est en rut ! Ici comme ailleurs, une étincelle peut mettre le feu à toute la plaine !

Où sont tes allumettes camarade ?!
A la semaine prochaine !

Vlad et Ernest

Malawi, les champs captifs de Monsanto
http://www.liberation.fr/terre/01012322087-malawi-les-champs-captifs-de-monsanto

Une Arche de Noé végétale enfouie dans les glaciers de l’Arctique
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/terre-3/d/une-arche-de-noe-vegetale-enfouie-dans-les-glaciers-de-larctique_9157/

Une Arche de Noé végétale (il faut bien rire)
http://www.ufologie-paranormal.org/t1085-une-arche-de-noe-vegetale

international sugar beet seed producer SESVanderHave
http://www.sesvanderhave.com/

Traitement des semences
http://www.sesvanderhave.com/BE_FR/content/traitement-des-semences

Limagrain Belgium
http://www.limagrain.be/web/Accueil.htm

Directive 2002/53/CE du Conseil du 13 juin 2002 concernant le catalogue commun des variétés des espèces de plantes agricoles
http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=CELEX:32002L0053:FR:NOT

Dix hectares de blé dur pour la multiplication de semences
http://www.lafranceagricole.fr/Archives/articlexml/27378

En combien de temps le blé sauvage a t-il été domestiqué ?
http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosbiodiv/index.php?pid=decouv_chapC_p4_c1&zoom_id=zoom_c1_3

Groupe d’étude et de contrôle des variétés et des semences
http://www.geves.fr/

« Contrefacteurs » le mot est laché !
http://www.natpro.be/alimentation/semencespaysannes/contrefacteurslemotestlache.html

L’accès aux semences, l’agro-industrie donne le ton.
http://www.oxfamsol.be/fr/L-acces-aux-semences-l-agro.html

Le chiffre d’affaires semences et plants – Campagne 2008/09
http://www.gnis.fr/index/action/page/id/25

Confédération paysanne
http://www.confederationpaysanne.fr/index.php

Une réglementation complexe …
http://www.semencespaysannes.org/une_reglementation_complexe_10.php

L’ Association Kokopelli
http://www.kokopelli-be.com/actu.html

Jean-François Berthellot, paysan-boulanger
http://www.natpro.be/alimentation/painsbio/jean/index.html

Vive les graines libres !
http://www.frequenceterre.com/chroniques-environnement-240610-1819-Vive-les-graines-libres.html

Les multinationales dans le système alimentaire
http://www.ceras-projet.org/index.php?id=3409

City Farmer News
http://www.cityfarmer.info/

relisez aussi le KoKomaG
Animal Farm, Milky bizzness
https://kokomag.wordpress.com/2009/10/08/animal-farm-milky-bizzness/

Publicités

Commentaires»

1. quidam - 4 mars 2011

Splendide analyse, camarade Kok ; l’industrie semancière capitaliste est bien capable de prendre le pouvoir sur le monde. Il s’agit pourtant d’une manipulation car les prémices sont fausses. Ce que tu dénonces, José Bové et ses écolos bobos le font depuis longtemps déjà et tentent partout dans le monde de mettre en place des alternatives. Alors confondre José Bové et le nain que vous avez porté au pouvoir pour cinq ans chez vous en France, c’est de la manip pour koko schizo des villes. Ceux qui veulent le pouvoir et la surconsommation.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :