jump to navigation

Olé olé olé oléééééééééé 27 mai 2011

Posted by kokomag in Edito - KoKomaG.
Tags: , , , , ,
trackback

Camarade ! Tu as sous les yeux la dernière livraison de KoKomaG !
La newsletter ibère drôle du S.P.E.C.T.R.E.

Pendant que les Camarades féministes défilent, et ce grâce à un seul homme, nos vaillants rédacteurs filent voir du côté de l’Espagne où manifestement la présence d’un gouvernement en fâche plus d’un. Et c’est quand même drôlement plus bandant de se débarrasser de tout un paquet d’enflures que d’en casser un ou deux !

En attendant donc de planter notre tente autre part que sur internet, entrons, à vif, dans le sujet. Et comme disait l’autre :

« Soyez bref, car les discours qui n’en finissent pas ne plaisent pas.« 

Olé ! olé ! olé ! oléééééééééé !

Camarade !

Les Espagnols sont dans la place ! Tout beigne ! Le petit monde des gauches alternatives s’est mis à frémir en rêvant à de prochaines vacances à la Puerta del Sol de Madrid. Enfin un vrai mouvement populaire en Europe ! Il semblerait que le vent des révolutions arabes ait traversé le détroit de Gibraltar et souffle sur l’Espagne ! « Olé ! olé ! olé ! olé ! », comme dirait le Grand Jojo !

À l’instar des autres pays virtuellement en faillite comme la Grèce ou le Portugal, la situation du capitalisme espagnol est critique, ce qui se traduit notamment par un taux de chômage de 40 % chez les moins de 30 ans.
En conséquence, les mesures de choc prises par le gouvernement « socialiste » sont drastiques : on a commencé par bloquer les salaires des fonctionnaires, le tout dans le cadre d’un capitalo-parlementarisme en bout de course… Un système dans lequel une classe politique professionnalisée et intégrée qui ne représente quasi plus qu’elle-même, et dont la politique « de crise » se limite à défendre les intérêts des gros entrepreneurs.

Les plus touchés par la situation économique actuelle sont les jeunes, universitaires ou non, qui débarquent sur le « marché du travail » et se rendent compte que ce dernier est définitivement fermé. Après les jeunes, suivent bien sûr la classe dite « moyenne », et les ouvriers… Bref le capitalisme s’effondre, le prolétariat trinque !

C’est dans ce contexte franchement morose qu’une partie de la jeunesse frustrée de ses rêves de petite vie bourgeoise confortable avec pavillon, voiture, deux enfants et un chien, a entamé une poussée d’acné révolutionnaire…

Attention camarade, leurs slogans sont forts, comme :

  • « Yes we Camp » (Oui nous campons). Ca on l’a vu et puis ?
  • « No les votes » (Ne votez pas pour eux). Votez pour qui alors ?
  • « Democracia Real Ya ! » (Une vraie démocratie, maintenant !). Oui, mais encore ?

Bon, comme on le voit la dépolitisation de la jeunesse n’a pas fait que du bien !

Pourtant, il ne faut pas réduire ce mouvement à sa seule caricature, ce n’est qu’un début ! Des questions importantes sont posées par ces contestataires pas encore révolutionnaires en herbes. En parlant d’herbe, apparemment il n’y plus que ça, l’alcool ayant été « interdit » à la « playa del sol »…intolérable prohibition écofasciste ! Bon, c’est vrai, on ne fait pas la révolution (uniquement) avec la boisson… Crois-nous, on sait de quoi on parle camarade, on a essayé, même qu’on continue !

Ce mouvement interroge à raison l’organisation de la vie politique et la valeur de la représentativité parlementaire dans un pays dominé en alternance, depuis la mort de Franco (n’oublie jamais camarade que ce fasciste est mort dans son lit… et nourris ta révolte !), par les socialistes (PSOE) et la droite conservatrice (PP – Parti Ppulaire, non pas ce clown de Mordikamen, mais les vrais de droite assumée franquiste et manifestant avec leurs évêques contre le contrôle des naissances sous toutes ses formes en criant encore et toujours viva Cristo Rey). Le premier (PSOE) ferait passer François Mitterrand pour un bolchévique le couteau entre les dents ; le second (PP) est apparemment juste bon à engrosser Rachida Dati. (http://www.bakchich.info/Bienvenue-a-la-petite-Dati-Aznar,06354.html)

Seulement, électoralement, ça se traduit aujourd’hui par une grande victoire des partis de droite (et d’extrême droite) et par une large défaite des forces de gauche toutes tendances confondues :

« Face à ce mouvement, la lecture des élections locales et autonomes de ce 22 mai offre un paysage très différent. La participation a été de 66,23%. (…) La principale conclusion de cette votation est que le PSOE [Partido Socialista Obrero Español] a subi une défaite retentissante et presque généralisée (27,8%, avec presque un million et demi de votes en moins), ce qui a abouti à ce que le Parti Populaire (PP) soit le principal bénéficiaire (37,57% et 400’000 votes de plus). Le PP conquiert ainsi des villes emblématiques comme Barcelone et Séville ainsi que le gouvernement de la région de Castille-La Mancha. Il a presque obtenu également la majorité en Extremadure. (…) Il y a eu une montée du vote xénophobe en Catalogne (aussi bien dans le PP qu’en dehors de lui); le néo-nationalisme espagnol de Union Progreso y Democracia (UpyD) a également été renforcé dans une zone clé comme la Commune de Madrid. En Catalogne également, la Convergencia i Unio (CiU) est en hausse, alors que le Parti Nationaliste Basque (PNV) et le Bloque Nacionalista Gallego (BNG) connaissent une baisse relative. » – Después del 15-M y el 22-M…. ¿Del divorcio al choque de legitimidades? – http://www.vientosur.info/articulosweb/noticia/index.php?x=3947 (traduction française : Du 15-M au 22-M: l’Espagne face à un choc de légitimités – http://alencontre.org/?p=2779 )

En clair, la preuve est faite : « élections, piège à cons ! »

Cette occupation de places et cette exigence de démocratie de base tire ses racines de réelles expériences alternatives existant en Espagne, comme par exemple Marinaleda, un petit village perdu dans la campagne d’Andalousie, dont le maire, Juan Manuel Sánchez Gordillo (dit « Abraracourcix le gauchiste »), communiste libertaire, est régulièrement réélu depuis trente ans. Cette commune, utopique mais bien réelle est organisée autour de coopératives et de la collectivisation du travail. Ici, pas besoin d’occuper la place du village pour se faire entendre, il suffit d’interpeller le maire directement ! Des AG (assemblées générales), ouvertes à tous, même aux mecs de droite, sont également organisées régulièrement. Les décisions concernant tous les aspects de la vie et de la politique de la commune se prennent en commun. C’est cet esprit qui semble aujourd’hui animer la jeunesse espagnole, un esprit qui fait revivre celui de l’été 1936 !

A la semaine prochaine !
Vlad et Ernest

WEB OFICIAL DE MARINALEDA, UNA UTOPÍA HACÍA LA PAZ
http://www.marinaleda.com/inicio.htm

Marinaleda, Spain
http://en.wikipedia.org/wiki/Marinaleda,_Spain

L’occupation de la Puerta del Sol prolongée d’une semaine
http://www.lesoir.be/actualite/monde/2011-05-22/l-occupation-de-la-puerta-del-sol-prolongee-d-une-semaine-841494.php

Puerta del Sol, à Madrid : c’est le système qui est anti-nous
http://www.rue89.com/2011/05/21/puerta-del-sol-a-madrid-cest-le-systeme-qui-est-anti-nous-205022

la Semana por la Paz de Marinaleda, el Pueblo Andaluz Libertario
http://tiffotos.com/marinaleda/

Andalucía – Marinaleda, la experiencia tras e
http://ecuador.indymedia.org/es/2002/11/779.shtml

Après la gauche espagnole, à qui le tour d’être victime de l’euro?
http://www.marianne2.fr/Apres-la-gauche-espagnole-a-qui-le-tour-d-etre-victime-de-l-euro_a206576.html

Indignés : pâle copie du Printemps arabe ou révolution de gauche ?
http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/indignes-pale-copie-du-printemps-94802

Después del 15-M y el 22-M…. ¿Del divorcio al choque de legitimidades? – http://www.vientosur.info/articulosweb/noticia/index.php?x=3947

Du 15-M au 22-M: l’Espagne face à un choc de légitimités
http://alencontre.org/?p=2779

Bienvenue à la petite Dati-Aznar
http://www.bakchich.info/Bienvenue-a-la-petite-Dati-Aznar,06354.html

Marinaleda Autoconstrucción de viviendas

Publicités

Commentaires»

1. Thierry Delforge - 28 mai 2011

Des coups de matraques sur ces têtes folles et pacifistes, c’est au moins un contact avec la réalité.
Pour ce qui est du résultat des élections, sans être partisan de la « politique du pire », il faut constater que le pire arrive et arrivera de toute façon.
Il n’y a que les trotskiste (kyste ?) pour reprocher aux Communistes allemands de ne pas s’être alliés aux sociaux-démocrates, contre Hitler, lesquels sociaux-démocrates ont été, et sont, c’est leur vocation, le marche-pied du fascisme.
Il n’est pas inutile de rappeler la définition du fascisme : « la dictature ouverte des banques ».
Di Rupo, Javaux, Michel, Millequet reçus, le 14 avril par le VOKA, et voilà conclue la base d’un programme gouvernemental et d’un gouvernement d' »union nationale »…

2. vlad - 1 juin 2011

Pertinent commentaire camarade Delforge !
certes les armes de la critiquent ne remplaceront jamais la critique des matraques !

Cependant, faut pas non plus bruler les étapes ce n’est qu’un début…laissons les continuer le combat !

salutations communistes
vlad


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :