jump to navigation

Cyberpunk’s not dead 2 février 2012

Posted by Bobby Dazibao in Edito - KoKomaG.
trackback

Camarade ! Tu as sous les yeux la dernière livraison de KoKomaG !
L’édito du S.P.E.C.T.R.E.

Pendant que les médias bourgeois endorment le peuple à coups de bulletin de météo, nos joyeux chroniqueurs sont restés bien au chaud derrière leur PC (Personnal Computer, pas Parti Communiste !!!) pour te concocter cet édito.

Cette semaine, nous avons pu observer un effet collatéral de la crise :
les Français n’ont plus les moyens d’entarter leurs pompeux cornichons, désormais c’est uniquement avec de la farine qu’ils manifesteront leur désaccord. Ils sont fous ces Français ! – http://www.liberation.fr/politiques/01012387500-l-enfarineuse-de-hollande-admise-en-psychiatrie

Tout aussi étonnant :
la nouvelle campagne du Vlaams Belang/Block qui dans un élan de
syncrétisme très surprenant concilie liberté occidentale et obligation religieuse en matière vestimentaire façon « mi-putes mi-soumises ». Ils sont fous ces fachos! – http://www.dhnet.be/infos/belgique/article/384140/niqab-et-bikini-la-fille-de-filip-dewinter-porte-la-campagne-du-vb.html

Alors en attendant que la mule – http://www.emule-project.net/home/perl/general.cgi?l=13 – ait fini de te télécharger le dernier navet, plongeons-nous dans cette analyse groucho-marxiste libre de droit, et n’oublie pas de la faire suivre à qui de droit et de non-droit.

Sur ce je vous laisse méditer, ma sismothérapeute m’attend.

 » Ce n’est pas parce qu’en hiver on dit « fermez la porte, il fait froid dehors », qu’il fait moins froid dehors quand la porte est fermée. » Pierre Dac

Cyberpunk’s not dead

Camarade !

En bon nervis des kapitalistes hollywoodiens, le FBI fait fermer le site de téléchargement MegaUpload, et les Anonymous sortent en rue. Pendant ce temps, l’historique Chaos Computer Club dénonce le « Bundestrojaner », un virus concocté par le BKA (L’Office fédéral de la Police Criminelle allemande).

« Le cheval de Troie étudié permet de drainer non seulement les données les plus intimes, mais offre également une fonction de contrôle à distance pour le chargement et l’exécution de tout autre logiciel malveillant. »
«Die untersuchten Trojaner können nicht nur höchst intime Daten ausleiten, sondern bieten auch eine Fernsteuerungsfunktion zum Nachladen und Ausführen beliebiger weiterer Schadsoftware.»
Chaos Computer Club knackt «Bundestrojaner» (de) – http://www.noz.de/deutschland-und-welt/politik/57842170/chaos-computer-club-knackt-bundestrojaner

Bien que le CCC a publié de solides preuves techniques, les autorités responsables pour les affaires intérieures, ainsi que DigiTask le fabricant, a nié l’existence de toute les fonctionnalités illégales et a plaidé que le cheval de Troie analysées aurait été une version du logiciel obsolète.

« Although the CCC has published solid technical evidence, the authorities responsible for internal affairs, as well as the manufacturer DigiTask, denied the existence of any illegal functionalities and pleaded that the analyzed Trojan was allegedly an outdated software version. »
Chaos Computer Club analyzes new German government spyware (en) – http://www.ccc.de/en/updates/2011/analysiert-aktueller-staatstrojaner

Le temps de la mise sous cadastre est venue pour l’internet ! C’était prévu depuis longtemps mais quelques contraintes techniques mal maîtrisées ont retardé l’opération de quelques décennies…  C’est que le phénomène vient de loin : retraçons rapidement sa généalogie.  Au début était Colossus, suivi de près par l’ENIAC. Plus tard apparut le premier Personnal Computer, rapidement appelé “PC”. A la même époque naissait Arpanet, un projet de la DARPA destiné aux militaire US, qui s’est ensuite ouvert aux universités et au monde scientifique… mais là, on s’égare…

Pendant ce temps, un petit village mondial d’irréductibles hippies résiste encore et toujours à l’envahisseur…

Ecoute leur barde :

« J’aime à penser
(maintenant, s’il vous plait)
à une forêt cybernétique
pleine de pins et d’électronique
où les daims flânent tranquillement
et les vieux ordinateurs
s’épanouissent
comme des fleurs »
(Loving Grace Cybernetics, poème de Richard Brautigan)

Nos premiers cyber-hippies, qui imaginaient réinventer la culture en partageant leurs données informatiques, ont commencé en s’envoyant leurs disques durs chargés de données par camion… Mais ils ont fini par être rattrapés par la réalité du Kapital : vers la moitié des années 90, l’Internet s’ouvre aux fournisseurs d’accès privés, pénétrant alors dans tous les foyers de rednecks grâce à l’autre grande nouvelle : la démocratisation de l’IBM-PC !

Le Personnal Computer, outil de classement et d’analyse pour bureaucrate en cravate devient une machine à jouer, à écouter de la musique, à regarder des films et à surfer sur internet. L’outil était devenu un objet de consommation ludique. L’Internet en tant que réseau d’échange d’information est alors envahi par une foule de plus en plus grande d’utilisateurs. Les contenus disponibles se diversifient. Les #chan irc abscons, animés par quelques illuminés traitant des aberrations du condensat de Bose-Enstein ou de la grammaire Klingon, sont supplantés par de larges plates formes d’échanges de pornographie. Les images de cul sous toutes les formes et la célèbre marque de corned-beef « Spam » sont aujourd’hui les principales source de trafic sur internet. Bref, la viande sous toutes les tranches est à l’étalage, enfin accessible à tous les ménages !

Soyons clairs, Camarade, cet Internet moderne et grand public n’a jamais été un espace public. Peut-être le (re)deviendra-t-il un jour mais tant que l’on passe par des entreprises privées pour avoir accès au réseau, l’utilisateur sera toujours contraint de respecter les règlements imposés par les FAI (Fournisseur d’Accès à Internet). Ce sont les petites lignes au bas ou au dos des contrats que vous avez signés avec votre fournisseur d’accès. On peut même dire que la démocratie sur Internet est un produit, un service que l’on paie au prix de son abonnement. Plus c’est cher, plus on a de droits, un paradis libertarien !

Dans ce contexte, pour réduire l’influence de son fournisseur d’accès et tenter de s’en émanciper, il faut ruser. Un FAI (non ca ne veux pas dire Federacion Anarchista Internacional) local, un blog sur WordPress situé dans un autre pays, un espace de stockage chez Google, un proxy server à Tristan da Cuhna et une adresse mail en Russie, par exemple, sont un bon début pour circonscrire les velléités de censure qui pourraient émerger chez les acteurs dominants du marché.

Evidemment, cela ne suffit pas toujours, comme l’a appris à ces dépends Kim “possible” Schmitz, alias Kim Dotcom, le patron de MegaUpload.  Trop gros et trop gras, cet arrogant entrepreneur kapitaliste a su suffisamment énerver quelques majors de l’entertainment. Ces entreprises privées ont alors trouvé les mots et les dollars pour convaincre le DoJ (Departement of Justice US) d’entamer une procédure qui a conduit à son arrestation en Nouvelle-Zélande (ils y aiment les hobbits pas les trolls…) et à la fermeture de ses serveurs à Hong-Kong. Règlement de compte à OK digital, nos “Wyatt Earp” du Kapital flinguent un desperado du cyberbusiness.

Pour faire un exemple, la cible était idéale : un serveur centralisé, une activité non pas seulement de piratage, mais surtout de (e-)commerce de biens piratés, et, cerise sur le gâteau, un mec au charisme inexistant, peu susceptible de devenir un martyr de la cause… Pas deux fois, le coup de Julian “cyberebel” Assange !

Pour Marie-Gabrielle dans La Nouvelle République :

“Il ne faut pas tomber dans le piège du faux débat sur le piratage car visiblement, la question importante n’est pas là. La preuve : notre bien-aimé président met joyeusement cet évènement à profit pour promouvoir ACTA, ((Anti-Counterfeiting Trade Agreement) une loi qui outrepasserait largement les limites du piratage pour poser un pied allègre et bondissant sur le terrain miné de la liberté d’expression qui domine Internet en ce moment.” : Megaupload et paranoïa – http://www.lanouvellerepublique.fr/France-Monde/Actualite/Education/n/Contenus/Articles/2012/02/02/Megaupload-et-paranoia

Les pirates informatiques communément nommés “hackers” étaient jusqu’à un passé récent des emmerdeurs boutonneux vandalisant de leurs virus les banques de données et les disques durs privés. Bref, un  mec “chelou”, un peu dangereux, un  cyberpunk, style genre Kevin “condor”  Mitnick, un  Bladerunner tendance Matrix… Bref, un mec peut-être doué mais un peu lourd et au charisme de moule, pas un bel Argentin à cigare qu’on invite à taquiner la gratte à ses soirées branchées…

Cependant, depuis quelques années et récemment depuis les révolutions arabes, le pirate informatique est passé du bon côté de la barrière : c’est devenu un héros, un Résistant, un “bon”, un nouveau combattant de la liberté…

Du coup :

1. difficile de le faire passer pour un criminel,
2. ayant acquis du coup ses lettres de noblesse, ça permet d’avoir des Anonymous qui, 5 ans plus tôt, seraient passés pour des cons de geeks chiants, et qui maintenant passent globalement pour des mecs cools.

C’est que depuis qu’il s’est complètement “fondu” dans le quotidien, dans les téléphones, les netbooks, etc., Internet n’est plus juste un truc de geeks, le cyberespace s’est ainsi dé-diabolisé.
Le pirate informatique passe donc pour un mec cool, voire un bon voisin  pas forcément un no-life servant d’interface siège-clavier.

Et dans la bande des nouveaux “héros”, les  Anonymous. Ces derniers, dans un coup de pub de type “anar-prépubère” ont par ailleurs récupéré une icône “cool” de la culture de masse : le visuel du film V for Vendetta. Ils organisent même des manifestations de gens de chair et d’os portant crânement le masque (ridicule) de Guy Fawkes dans le monde réel pour y pour défendre leurs droits sur le monde numérique ! Surfant sur la vague, le  Pirate Party, dernier venu dans le marché électoral des “partis émergents”, se profile en pointe dans ce qui est de la revendication des droits et libertés communes “numériques”. Détail amusant, ce mouvement s’est récemment doté d’une mystique ad hoc, le kopimisme pour lequel “l’information est sacrée et la copie est un sacrement”. Cette mystique politique opportuniste et pragmatique lui permet habilement de jouer sur deux tableaux éthiques et juridiques pour faire valoir sa revendication d’un internet libre et gratuit. En nouveau “common” autant à conquérir qu’à défendre…

Peut-être une renaissance communiste pour les cyber-soviets ?

A la semaine prochaine et vive le web libre !

Vlad et Ernest, sur une idée experte de Bobby Dazibao

Video: A Short, Strange History of Anonymous (en)
http://www.wired.com/threatlevel/2012/01/anonymous-history/

WIRED – All posts tagged ‘Anonymous’ (en)
http://www.wired.com/threatlevel/tag/anonymous

Chaos Computer Club knackt «Bundestrojaner» (de)
http://www.noz.de/deutschland-und-welt/politik/57842170/chaos-computer-club-knackt-bundestrojaner

Chaos Computer Club analyzes new German government spyware (en)
http://www.ccc.de/en/updates/2011/analysiert-aktueller-staatstrojaner

Le Cheval de Troie fédéra , faits et prise de position de la part d’Emsisoft
http://www.emsisoft.fr/fr/kb/articles/tec111011/

Allemagne: un mouchard informatique de la police (fr)
http://www.cnpd.public.lu/fr/actualites/international/2011/10/Bundestrojaner/index.html

Pirate Party Belgique (fr)
http://fr.pirateparty.be/

Julian Assange: The Rolling Stone Interview (en)
http://www.rollingstone.com/politics/news/julian-assange-the-rolling-stone-interview-20120118

Julian Assange : L’interview de Rolling Stone (fr – traduction)
http://www.legrandsoir.info/julian-assange-l-interview-de-rolling-stone.html

« MegaUpload ok, Youporn jamais ! », scande un stade de foot
http://www.numerama.com/magazine/21497-34megaupload-ok-youporn-jamais-34-scande-un-stade-de-foot.html

WikiLeaks, le cadeau de fin d’année
http://kkmg.wordpress.com/2010/12/18/wikileaks-le-cadeau-de-fin-dannee/

La fin de Megaupload, un cheveu sur la langue
http://www.slate.fr/story/49335/megaupload-fermeture-langue

[Anonymous]: « l’Internet atterrira dans la rue en mars à Paris »
http://www.gizmodo.fr/2012/01/30/anonymous-linternet-atterrira-dans-la-rue-en-mars-a-paris.html

Internet atterrira dans la rue en mars à Paris
http://www.anonymact.fr/#ircanonymact

Megaupload et paranoïa
http://www.lanouvellerepublique.fr/France-Monde/Actualite/Education/n/Contenus/Articles/2012/02/02/Megaupload-et-paranoia

MegaUpload : un ultime recours pour récupérer ses fichiers
http://www.silicon.fr/megaupload-un-ultime-recours-pour-recuperer-ses-fichiers-71282.html

MegaUpload: DDL Blues
http://focus.levif.be/loisirs/multimedia/megaupload-ddl-blues/article-4000038278294.htm

Pirates des Hémorroïdes !
https://kokomag.wordpress.com/2009/06/12/pirates-des-hemorroides/

Les Petits Génies.
http://les-petits-genies.over-blog.com/

Les sites de cinéphiles passionnés, vraies victimes de la fermeture de Megaupload
http://www.slate.fr/story/49105/megaupload-cinephiles-caverne-introuvables

Le Kopimisme reconnu comme religion par la Suède
http://www.lemondedesreligions.fr/savoir/le-kopimisme-reconnu-comme-religion-par-la-suede-23-01-2012-2198_110.php

Le piratage informatique ? Une religion officielle
http://www.courrierinternational.com/article/2012/01/10/le-piratage-informatique-une-religion-officielle

Publicités

Commentaires»

1. Bruno Poncelet - 3 février 2012

M’a bien fait rire, une fois de plus !

Sauf la critique du masque de Vendetta, excellentissssime film !

2. Ein Web, ein Bill, ein Zuckerberg « Kokomag's Blog - 17 février 2012

[…] Pour un droit de l’internet « Camarade, cet Internet moderne et grand public n’a jamais été un espace public. Peut-être le (re)deviendra-t-il un jour mais tant que l’on passe par des entreprises privées pour avoir accès au réseau, l’utilisateur sera toujours contraint de respecter les règlements imposés par les FAI. » : Cyberpunk’s not dead – https://kokomag.wordpress.com/2012/02/02/cyberpunks-not-dead/ […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :