jump to navigation

Sie Komen ! 2 mars 2012

Posted by kokomag in Edito - KoKomaG.
Tags: , , , , ,
trackback

Camarade ! Tu as sous les yeux la dernière livraison de KoKomaG !
Les Cahiers du Cinéma du S.P.E.C.T.R.E. (en moins laxatif).

Cette semaine, en hommage à Zii Artisteuh, nous resterons muet.

« Le silence est parfois une forme de résistance. »
Lao She

Sie Komen !

Tête propre, main haute !

Le travail rend libre

Et ils chantaient : "Die Fahne hoch! Die Reihen fest geschlossen! SA marschiert mit ruhig, festem Schritt." - http://vas-y.be/pt/atual/106.htm#.T0zFeljbEyA.twitter

Camarade,
au cas ou tu en douterais encore, les patrons capitalistes sont des trous du cul. Non seulement ils traitent leurs travailleurs comme des kleenex, mais en plus ils n’hésitent pas à faire appel à des milices fascistes pour péter la gueule des syndicalistes qui auraient l’audace de leur résister.

La preuve, dimanche dernier à Sprimont en région liégeoise chez Meister – Benelux SA, entreprise spécialisée dans l’usinage de pièces métalliques destinées à l’industrie automobile. Cette SA  n’a jamais si bien porté son nom. Car dimanche dernier c’était bien un groupe de nostalgiques des S.A. (Section d’Assaut ou Sturmabteilung) que l’Oberkommando du Meister SS Panzer Gruppe SA a mandaté pour prendre d’assaut l’usine de Sprimont, frapper le personnel, détériorer l’outil de production, voler le matériel et la production, bref refaire l’assaut de Liège de ’14 matiné d’Eben-Emael de ’40, cette fois ci non plus avec des charges creuses mais avec des cranes rasés tout aussi vides.

Ils étaient équipés de gilets pare-balles, armés de matraques et de battes de baseball (les munitions pour schmeisser sont devenues impossible à trouver…). La vingtaine de néonazis (sans doute même pas « néo » vu leur origine…) avec leur crâne lisse et leur trogne de brute épaisse étaient l’exemple parfait du fantasme nazi de übermensch sortant d’un lebensborn SS dont l’intelligence ferait pleurer de rire la plus grosse brute néandertalienne extinctrice de mammouths. Ils ont donc débarqué dans les locaux de l’entreprise et chassé les ouvriers de leur poste de travail dans la matinée de dimanche (rendez vous compte de l’héroïsme stakhanoviste de nos héros révolutionnaires : être à son poste de travail un dimanche !… Bon, ok, ils veillaient en fait sur le site en grève).

Le Obersturmbannführer commandant le Meister SS Panzer Gruppe SA - http://en.wikipedia.org/wiki/File:SkorzenyOtto.jpg

Leur « blitz » sur l’usine parfaitement réussi, les néo chemises brunes fêtent leur exploit en saccageant les locaux syndicaux et les vestiaires du personnel en chantant le panzerlied et en rêvant sans doute de défiler sous l’arc de triomphe à Paris le lendemain. Ils entreprennent, ensuite, de démonter une des machines à commande CNC de l’entreprise. Cependant cette opération se révélera finalement trop complexe pour ces brutes aux os épais, la formation de la wehrmacht n’étant plus ce qu’elle fut… Ces machines sont en effet des chefs-d’œuvre de complexité, extrêmement précises et fragiles. N’ayant apporté comme « outils » que des matraques et des battes de baseboule, des bombes lacrymos (les teutons ont toujours aimé le gaz depuis Ypres, sans parler de certains usages massifs, en Pologne entre autres), nos « techniciens spécialisés » ont dû se rendre à l’évidence : ils étaient bien incapables de dévisser le moindre boulon. Ils se sont alors repliés élastiquement et victorieusement sur ce qu’il savent toujours faire, à savoir saccager encore un peu plus les locaux de l’entreprise, tel des heinkel 111 batifolant au dessus de Coventry ou de Varsovie.  Pendant ce temps, ces vermineux miliciens choublanquistes, toujours attardifs, n’ont pas remarqué, tout à leur ouvrage qu’ils étaient, la mobilisation générale des ouvriers et des syndicats. Ces derniers, levés en masse comme devant Moscou en ’41, s’étaient regroupés autour de l’usine en bloquant toutes les issues. D’agresseurs les voilà assiégés, dans l’impossibilité de sortir leur butin et de sortir tout court. Bref, le même coup qu’à Stalingrad, la neige en moins. Avec la patience héroïque des justes, les ouvriers et leurs représentants syndicaux attendaient maintenant qu’ils se décident à sortir pour leur faire goutter à leur propre médecine (basée probablement sur le concept stakhanoviste de choc, révisé par Joukhov devant Berlin…).

Malheureusement en Belgique, si le courage du monde ouvrier face à la sauvagerie nazillonne n’est plus à démontrer, comme s’en souviennent encore quelques survivants des troupes d’occupation fascistes de Liège à Anvers, il n’en va pas de même de la police belge. C’est donc avec le courage des lâches que la police de Sprimont est arrivée sur place. Héroïquement, la police a alors entrepris d’escorter, en toute sécurité, le gang de miliciens jusqu’à la frontière allemande. Trop aimables, nos pandores ! L’histoire ne dit pas s’ils ont chanté ensemble « heili heilo heila » ou l’ « Horst Wessel lied »  sur le chemin, ni s’ils se sont quittés en se disant à bientôt pour « casser du rouge et du spartakiste » et en ayant tous une crampe au bras droit…

Pour ne pas ajouter à leur humiliation, nos braves flics convertis de facto en feltzgendarme ou en éléments de la police anversoise version 1943 eurent la délicatesse de ne pas prendre l’identité de leurs prisonniers de guerre, et pour ne pas les laisser dans le dénuement une fois rentré chez eux, leur ont même laissé leurs armes, chose qu’on fait pour être poli entre militaires quand l’ennemi s’est honorablement comporté. Normal entre “presque “ collègues, mais rendre les honneurs à ce type de bandits associés à un proxénète (Horst Wessel, héros de la SA, fut tué alors qu’il exerçait cette profession…) de cette manière montre le niveau des complices du Kapital que sont nos poulets.

Alors que l’attitude criminelle de l’entreprise ne fait aucun doute, à droite sur le banc patronal, on essaye maintenant si pas de justifier en tout cas  de minimiser la responsabilité de Meister Gruppe.

Les délits commis durant cette journée ne sont pourtant pas anodins :

  • Meister Gruppe a contrevenu à la loi fédérale sur les milices. La Belgique interdit explicitement toute constitution de milice sur son territoire.
  • Il y a ensuite infraction à la loi sur le gardiennage privé (loi Tobback). En effet, toute société de gardiennage en Belgique est soumise à une autorisation et à un contrôle par le Ministère de l’Intérieur ( « Service Public Fédéral Intérieur », en belge). De plus, chaque agent doit avoir en sa possession une attestation délivrée par ce même Ministère pour exercer en Belgique. Le quatrième Reich fait apparemment encore une fois exception…
  • Puis il y a aussi la question du port d’armes. Les matraques et les battes de base-ball sont des armes blanches prohibées selon la loi du 09 juin 2006, sauf pour chasser de l’ouvrier en grève, apparemment.
  • Il y a bien évidement aussi l’agression en bande organisée. Pour le patronat nul doute que les prolos ne comprennent que ce type de langage…
  • Il y a aussi plusieurs contraventions au droit social, par exemple en intervenant par l’intermédiaire de main d’oeuvre “ad interim” dans un conflit social en cours. Il y a eu « lock-out », c’est-à-dire expulsion des travailleurs de leur poste et remplacement de ceux-ci par des travailleurs étrangers, non déclaré… Des briseurs de grève, quoi…
  • On pourrait ajouter qu’il y a eu volonté de nuire aux intérêts économiques du pays en endommageant du matériel de pointe lors d’une tentative de vol. Depuis peu, cela relève de la loi sur le terrorisme… Mais bon, en droit bourgeois cela ne s’applique évidemment pas quand il s’agit de détruire « sa » « propriété ».
  • Enfin, il y a « casus belli » puisque cette milice est reconnue, semble-t-il, en Allemagne sous le nom « Rescue & Security Guard ». On pourrait alors considérer qu’il s’agit d’une opération couverte par le Oberkommando des Heere de Berlin, nous voulons dire le gouvernement de la République Fédérale de Bochie, ce qui constituerait un acte de guerre. (sans rire en terme de droit international). un petit parfum de déjà vu deux fois…

Si certes seul le Roi jure de conserver l’intégrité du territoire, on pourrait quand même requérir le même devoir à ses serviteurs (communément appelé ministres). Que faisait Joelle « gloire à la vache Milka » Milquet et Peter « on va tout faire péter mon colonel » De Crem pour résister à la troisième invasion gothique en cent ans ? Rien…

Le kokomag pour une fois réclame que pour l’honneur du Roi et de la Patrie que l’ambassadeur à Berlin soit rappelé et que les chasseurs ardennais fassent mouvement vers Aix-la-Chapelle.

D’ailleurs, on pourrait même parler de complot international, puisque selon le journal « le Vif », le gruppe krautz Meister aurait délégué à un Français, Patrick T. le recrutement de cette milice. Ce dernier se serait adressé aux schleus de « Rescue & Security Guard » pour lui fournir ces mercenaires branquignolles. Un bel exemple de la continuité de la fraternité d’arme entre la Waffen SS et les milices de Laval….

Pourtant, malgré ces charges accablantes, à l’Union Wallonne « rexisto-collabo » des Entreprises on voudrait nous faire croire qu’il faut mettre cette agression au même niveau que les actions syndicales. Pour ces champions du patronat réactionnaire, il faudrait condamner les actions syndicales visant à imposer des dialogues sociaux lorsque les directions d’entreprises se révèlent sourdes aux inquiétudes et au désarroi des travailleurs. L’UWE prétend mettre sur le même pied l’assaut donné par cette milice patronale, armée et protégée par les cognes, avec les actions destinées à imposer un dialogue social, ce qu’ils appellent des séquestrations patronales. Il est évident que les porte-paroles de l’UWE rex christi, veulent semer la confusion tels des fallschirmjäger boches tombant sur Eben Emael.

Il n’y a pourtant rien de commun entre des travailleurs désarmés exigeant simplement et pacifiquement  que des représentants de leur direction restent assis pour discuter, et un patron qui paie des sturmtruppen néo-nazies armées pour tabasser les ouvriers !

Mais chez Meister même, on est beaucoup moins à l’aise par rapport à cette affaire… Pour Henri « Verges » Beckers, l’avocat de Meister « Große » Benelux, le groupe allemand aurait paniqué face au blocage de la production depuis lundi de la semaine dernière (ach terroristen! sabotage! alarm! criez sieg heil et lachez les einsatzkommando).

 » (…) Depuis lundi, les expéditions des pièces produites étaient bloquées. Or, ces éléments sont livrés in fine, pour l’essentiel, à BMW et à Volkswagen (charmante firme dont les voitures du peuple promises par un caporal autrichien  n’eurent de succès qu’après la délocalisation de la production de tank en 1945….ndlKKmGr) en Allemagne. Le groupe a des accords avec ces constructeurs : en cas de non-livraisons, il aurait dû leur payer une indemnité de 300 000 euros/heure, soit un peu plus de 7 millions d’euros par jour !  » : Meister : les Allemands ont paniqué – http://www.lalibre.be/economie/actualite/article/723084/meister-les-allemands-ont-panique.html

Ils ont paniqué… La belle affaire camarade. Les travailleurs apprennent abruptement que leur usine va être fermée par ukase de la direction internationale. Ils doivent aller jusqu’à « prolonger unilatéralement » la réunion pour avoir un début de réponse et pourtant ils gardent leur calme, tout en prenant une option sur la livraison des pièces qu’ils ont eux-mêmes usiné. En réponse on leur envoie des nervis pour leur casser la g…

Gageons que la prochaine fois qu’un patron « paniquera », ils se trouvera des camarades motivés pour le « calmer » et tant pis si quelques flics essaient de s’interposer…

Rappelons à nos patrons « européens » qu’austérité, ça rime avec pavé !

A la semaine prochaine !

Vlad et Ernest, ambulance rouge

Situation chez Meister Benelux (vu par le patronat)
http://www.uwe.be/uwe/presse/communiques/situation-chez-meister-benelux

Meister Benelux : Milquet et Turtelboom reconnaissent les infractions
http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20120301_00125260

Meister Benelux: la direction présente des excuses
http://www.rtbf.be/info/regions/detail_meister-benelux-la-direction-presente-des-excuses?id=7661373

Communiqué de presse : Meister Benelux, ou quand l’inacceptable se produit !
http://www.metallos.be/pages/boite-a-outils/actualites/27/02/2012/meister-benelux-ou-quand-l-inacceptable-se-produit

Belgique/Meister Benelux : tollé après l’intervention d’une « milice » dans un conflit social
http://www.lequotidien.lu/international/32338.html

« Ces actes s’apparentent à de véritables méthodes terroristes et de sauvageries totalement inconnues dans notre système de concertation sociale », a déclaré M. Smal  Gabriel Smal responsable syndical

Meister : les Allemands ont paniqué
http://www.lalibre.be/economie/actualite/article/723084/meister-les-allemands-ont-panique.html

Sprimont : les agissements punissables de Rescue & Security Guard
http://www.levif.be/info/actualite/belgique/sprimont-les-agissements-punissables-de-rescue-security-guard/article-4000053671049.htm

loi les armes prohibée
http://www.belgium.be/fr/justice/securite/armes/armes_prohibees/

Publicités

Commentaires»

1. Bobby Dazibao - 2 mars 2012

Et tout ça « justifié » par les montants absolument surréalistes des indemnités de retard que l’entreprise s’est laissée imposer ! Premièrement, comment peut-on en arriver à imposer des indemnités aussi disproportionnées, qui forcément mettent une pression surréaliste sur les travailleurs ? Et deuxièmement : si une entreprise est assez folle pour jouer dans le jeu et les accepter, qu’elle les assume sans toucher à ses travailleurs, ou qu’elle n’accepte pas ce qu’elle ne sait pas assumer ! Résultats, les commerciaux complètement déconnectés de la réalité négocient n’importe comment, et évidemment, les conséquences c’est pour les autres… Il y a là comme un petit air de subprimes, non ?

2. vlad - 2 mars 2012

agrh nous l’apprenons par la presse bourgeoise, gerard rinaldi, ce doux poêtes révoklutonnaire viens de nous quitter. Il a rejoins les camarades staline et pol polt au panthéon des héros de la révolution
Adieu l’artiste

et chantons a tue tête à tous ces patrons teutons :

vlad


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :