jump to navigation

Le Point Pyongyang 7 juin 2012

Posted by kokomag in Edito - KoKomaG.
Tags: , , , , , , , , ,
trackback

Camarade ! Tu as sous les yeux la dernière livraison de KoKomaG !
L’édito du S.P.E.C.T.R.E.

Pendant que ça chauffe sur les plateaux télé concernant le parcours de désintégration à imposer aux pas-de-chez-nous et le style vestimentaire à adopter cet été à Bruxelles-plage, le Canada vient de trouver un moyen radical pour calmer les étudiants : rapatrier Luka Rocco Magnotta.

Pour nos Camarades outre-Quiévrain, nous leur rappelons que les deux prochains dimanche ils peuvent retourner bourrer les urnes. C’est toujours utile : le financement de votre parti en dépend.

Sur ce voyons ce que nos chroniqueurs nous on concocté cette semaine… N’oubliez pas de le ré-envoyer à tout votre carnet d’adresses, et si vos amis vous accusent de « spammer », chantez leur : « Stal, stal, stal, lovely stal » sur l’air de la chorale viking monty pythonesque !

Et comme disait Cioran, ce philospophe qui avait du chien :

« On voudrait parfois être cannibale, moins pour le plaisir de dévorer tel ou tel que pour celui de le vomir. »

Le Point Pyongyang

Camarade, comme disait voltaire :
Monsieur l’abbé, je déteste ce que vous écrivez, mais je donnerai ma vie pour que vous puissiez continuer à écrire.
De nos jours,  nous dirions : “monsieur le manager, je hais ce que vous twittez mais je donnerais ma rolex pour que vous puissiez le liker !” #arouet@100000.volt

Non, nous ne vivons pas dans un monde libre, contrairement à ce qu’affirme la propagande capitalo-parlementaire. La publicité, les médias, et  les politichiens, quand ils parlent de la démocratie y font que dire des menteries que c’est même pas vrai !

La question n’est pas tant de savoir si la démocratie fonctionne, mais plutôt d’en mesurer les limites : si la démocratie se veut un système où le choix du plus grand nombre s’impose, alors cette démocratie est aussi éloignée de la liberté individuelle que n’importe quel système de domination. Ce qui peut être résumé par : la démocratie c’est la dictature de la majorité. Ce qui, ontologiquement (et oui c’est un mot qu’il n’y a que les intellectuels de gauche qui le comprennent), exclut tout lien avec la liberté et la vérité.

Cette semaine la redaKtion a eu l’attention attirée par un petit article paru dans le journal, très catholique et très droitier, La Libre Belgique, une référence pour nous bolchevistes hirsutes. Cet article raconte les mésaventures d’un citoyen de la république de Corée (notre allié démocratique contre les fourbes communistes de la république populaire de Pyongyang). Non sans humour, le plaisantin a eu le toupet de poster quelques tweets avec les slogans et des vidéos pro-pyongyang (l’ennemi communiste nord-Coréen dont nous passons notre temps à chanter les louanges, voir l’article : Le grand leader est mort vive le grand leader ).

« le jeune homme a posté des clips de propagande communiste, retweeté une centaine de messages du compte officiel nord-coréen, et rédigé à peu près autant de commentaires personnels jugés pro-Pyongyang. Une goutte d’eau dans un océan de plus de 72 000 tweets, mais qui a suffi à alerter les autorités sud-coréennes.
Au pays du matin calme, on a parfois des réveil très agité. Ainsi, la loi de sécurité nationale interdit de faire l’apologie, de diffuser les idées ou de coopérer avec « des groupes anti-étatiques« , au premier rang desquels la Corée du Nord, officiellement « ennemie » du Sud. » : Le Nord, tu ne retweeteras point – http://www.lalibre.be/actu/international/article/742328/le-nord-tu-ne-retweeteras-point.html

Évidemment, tout le monde s’en fout. Toutefois, cela nous permet d’illustrer deux choses :
D’une part, nos belles démocraties ne sont pas exemptes de censure. Même si, souvent elle est plus discrète et ne s’exprime clairement que dans les marges, après des campagnes de propagande pour préparer l’opinion publique…
D’autre part, le point de censure qu’a atteint ce citoyen coréen, c’est la dédiabolisation du communisme, l’horrible système politique concurrent de nos prospères démocraties. Appelons ça le point “pyongyang” : la liberté d’opinion sur le net s’arrête là ou commence l’apologie du grand leader Kim Young Oundos tres…” et de la géniale pensée juchen et songun !

Après l’ours soviétique, le grand méchant pirate informatique

La censure des marges de notre société, nous la rencontrons régulièrement. L’exemple le plus récent se trouve dans l’invention du méchant pirate informatique qui copie nos belles œuvres culturelles telles le dernier BritneyWSpears,  menaçant par là de ruiner nos grands artistes et la supériorité culturelle de notre chaubisenesse. Les industries culturelles (serait-ce un oxymore de rire !?) ne peuvent accepter qu’une part de la diffusion de leurs produits échappe au paiement de leur royalties. Cela s’étend, d’ailleurs, au-delà de la reproduction et de la diffusion. Les industries artistiques (ça c’est c’est un vrai oxymore de peur) comme toutes entreprises kapitalistes ne supportent pas l’humour ni l’ironie : les industriels condamnent fermement tout détournement de leurs productions qui ne pourrait être assimilé à une plus-value financière pour eux-mêmes.

« Le geste de Marcel Duchamp proposant l’exposition d’objets manufacturés, les fameux ready-made, était un geste de provocation qui se voulait paradoxal. Celui-ci pouvait être toléré dans l’extra-territorialité du monde de l’art, et à la condition de procéder selon un schéma vertical, qui élève à la dignité d’œuvre des productions issues de l’industrie ou de la culture populaire, considérées à l’égal de l’art nègre, sans auteur et sans conscience. » : L’œuvre d’art à l’ère de son appropriabilité numérique – http://culturevisuelle.org/icones/2191

M. Duchamp – Fontaine

Ainsi, les fameux ready-made de Marcel Duchamp (une cuvette exposée dans une galerie d’art), ne sont  tolérés que s’ils émanent d’une démarche verticale telle la chute de l’étron dans la cuvette.  C’est qu’avec l’avènement du marché de l’art contemporain, apposer un nom, comme  “R. Mutt”, sur un urinoir et prétendre que c’est un “Duchamp” ça fait vendre  beaucoup beaucoup beaucoup plus cher. Rien n’est plus effrayant pour un capitalise que la gratuité, qu’il gère une épicerie de quartier ou une multinationale. Or, la diffusion de la culture (films, musique par exemple), comme le détournement de ces mêmes œuvres, sur Internet, est une démarche souvent gratuite donc proprement impie, voire bolcheviste…le point de Pyongyang est alors largement franchi !

Nous ne sommes pas à Pyongyang, cette culture de boutiquiers s’impose donc de manière “dèmocratique”. Pour emporter l’adhésion de “l’opinion majoritaire”, de monstrueuses campagnes de promotion sont menées, et ça marche ! Certains, les appelleront de la propagande, attention le pont de Pyongyang est en vue ! Comme ces campagnes coûtent très cher, elles nécessitent donc l’appui des industriels et des financiers qui tous plus ou moins tiennent “les faiseurs d’opinion et les représentants du peuple”.

« Ainsi, alors que les démocraties s’évertuent à lutter contre les Etats totalitaires ou les Etats religieux – notamment et surtout islamiques – au sens où la liberté d’expression ne serait pas possible, Chomsky d’emblée explique que loin d’être un lieu de liberté médiatique, les démocraties libérales par la collusion entre politique, économique, et possibilité d’accession à la visibilité, développe des systèmes d’uniformisation/restriction de la parole, de l’information, de la critique. » : Luc Besson, ou le paradigme de la censure culturelle capitaliste – http://www.lemague.net/dyn/spip.php?article380

Attention communiste qui pue

Dans cette logique de propagande capitalo-démocratique, l’idée, AlaincambodiaBadiou parlerait d’hypothèse,  du communisme doit être la plus combattue. C’est que cette idée soutient et justifie la remise en cause du système mercantiliste dans lequel nos sociétés démocratiques se complaisent, tel le pourceau dans sa fange. Elle met à nu le caractère fondamentalement inégalitaire du système et est donc à ce titre considérée comme une obscénité impubliable. Les terribles machines de propagande,  à côté desquelles le docteur Goebbels ferait figure d’impresario pour peintre raté, font donc feu de tout bois pour dénoncer le croquemitaine. Le communisme doit être ainsi oublié jusqu’au souvenir de sa possibilité, c’est l’objet de la loi coréenne et du point Pyongyang. “Bolchevisme, no more”, quitte à réhabiliter discrètement les nazis (en commençant par l’idéologue Heidegger par exemple) et à terrasser la liberté d’expression pourtant si chère aux mass media.

Cette logique de guerre froide qui danse sur le cadavre du socialisme réel et se complet de l‘épouvantail que constitue la république populationnaire de Corée, serait proprement risible si elle n’étouffait chaque jour :

  • la liberté de penser des imbéciles mais aussi des autres
  • les médias alternatifs plus ou moins mal faits comme ce blogue
  • les artistes non vendables,  incompris ou mal comprenant
  • et la révolte légitime de tous les losers de la mondialisation

Terminons cet exposé par un dernier point Pyongyang en citant une authentique bolcheviste !

la liberté de penser, c’est toujours celle de celui qui pense autrementRosaSpartakus Luxembourg

A la semaine prochaine pour un autre point Pyongyang

Vlad et Ernest

L’œuvre d’art à l’ère de son appropriabilité numérique
http://culturevisuelle.org/icones/2191

Le Nord, tu ne retweeteras point
http://www.lalibre.be/actu/international/article/742328/le-nord-tu-ne-retweeteras-point.html

Le Parti communiste accuse Dailymotion de « censure »
http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/12/28/le-parti-communiste-accuse-dailymotion-de-censure_1458596_823448.html

Luc Besson, ou le paradigme de la censure culturelle capitaliste
http://www.lemague.net/dyn/spip.php?article380

Hadopi et partage wifi : Je suis un hacker chinois … et je vous emmerde 🙂
http://bluetouff.com/2008/11/13/hadopi-et-partage-wifi-je-suis-un-hacker-chinois-et-je-vous-emmerde/

Censure politique et judiciaire de Copwatch
http://www.laquadrature.net/fr/censure-politique-et-judiciaire-de-copwatch

Lettre ouverte à Madame la Censure
http://www.michaelski.com/article-35907869.html

Quel Front Populaire pour dissoudre les ligues (et sauver les livres)?
http://lueurdespoir.over-blog.net/article-33614576.html

«La loi sur la sécurité nationale est un angle mort de la liberté d’expression»
http://www.liberation.fr/monde/2012/06/01/la-loi-sur-la-securite-nationale-est-un-angle-mort-de-la-liberte-d-expression_823067

Publicités

Commentaires»

1. David - 8 juin 2012

Un peu de respect pour la pensée Juche (et non juchen, commune de Rhénanie-du-Nord-Westphalie située dans l’arrondissement de Rhin Neuss entre Mönchengladbach et Grevenbroich) et Songun. La majuscule s’impose !

vlad - 14 juin 2012

en effet, comme dit la chanson de marx matah « y a du juchen à volonté viens dont faire un tour en corée ! »


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :