jump to navigation

Bal tragique à La Havane : un fauteuil brisé ! 18 octobre 2012

Posted by Bobby Dazibao in Edito - KoKomaG.
Tags: , , , , ,
trackback

Camarade ! Tu as sous les yeux l’édito du S.P.E.C.T.R.E.
Votez KoKomaG !

Pendant que notre envoyé spectral est envoyé en reconnaissance dans l’Empire du milieu, et que l’on tente vainement de cracker les codes de la mailing list, la lutte continue. Imprime ce KoKomaG et affiche-le là où tu passes ! Ou, à défaut, transfère ce mail. Et comme disait Flupke « Maximo » Moureaux :

« Ce n’est pas sévère c’est juste, et je sais que dans le monde politique aujourd’hui, on met de la vaseline partout, moi j’ai perdu mon pot de vaseline depuis longtemps »

Bal tragique à La Havane : un fauteuil brisé !

Camarade,

Aujourd’hui est un jour sombre à marquer d’une pierre blanche dans la litanie des martyrs de la révolution. Un guide, un modèle, que dis-je un cap, une peninsule s’est tue !

Le  légendaire fauteuil d’osier s’est finalement brisé, les cigares du pharaon de la Maison Blanche se sont éteints, les Bacardi des mafieux floridiens ont encore un gout plus dégueulasse tandis que le Habana Club restera ce soir dans sa bouteille… ou pas.

Il se dégage comme une odeur de gouda sous les cocotiers, la révolution tire sa dernière séance, le rideau sur l’écran total est tombé mais le souvenir de la liberté conquise, lui, est éternel dans nos coeurs.

1959, année de la victoire, elle restera dans le coeur de tout révolutionnaire la date de la libération sous les jusque là si tristes tropiques, celle de l’ananas libéré, du cigare libre fièrement dressé et fumant devant le visage défait de l’oppression. Tandis que les barbus entraient dans la Havane, à l’autre bout de la planète, un roman s’écrivait, et la liberté d’expression fleurissait loin des censeurs. Ces deux évènements révélaient des saveurs exquises.

Le bonheur est toujours une idée neuve. Rien n’est plus juste ! C’est qu’on n‘a pas tous les jours 16 ans ! L’age de franchir la porte interdite, la Moncada de nos désirs de liberté les plus fous  ! A cette époque, le charme, le soleil, le sable chaud, les cuisses se croisent et se décroisent dans les parfums d’une révolution ! A deux, à trois, à mille et vingt trois !

©Max Johnson @ Flicker

Elle en aura fait fantasmer des cinéphiles cette révolution… L’avènement providentiel, l’Emmanuel si peu biblique ! A commencer par de remarquables collectionneurs de video tel Kim “chuchen” Yong Il ou de jeunes amazones comme Muammar “Human Right Watch” Khadafi, tous deux grand amateurs de chair fraiche et de liberté lointaine. Très loin de ces encombrants amis, partout  dans le monde, les porteurs d’espoir chanteront ses louanges, sur un air de guitare en portant un T-shirt avec l’effigie de son plus bel amant.

Elle en aura fait se dresser des missiles : pour essayer de l’avoir dans leur lit, les frères Kennedy auraient fait péter la planète ! Ce symbole de liberté  irriguera un continent tout entier avant de traverser l’océan jusque dans le fin fond de l’Afrique, où ses bataillons feront trembler les brutes blondes jusqu’a Cuito Cuanavale.

Pas question cependant de castrer cette révolution, son rythme trépidant et souple se joue de tous les tabous et dans une danse de charme jamais vulgaire, toujours révolutionnaire, elle se glisse telle une mambo dans les âmes et les coeurs de tous ceux qui renoncent à l’esclavage. Souvent abattue jamais vaincue, telle le Baron Samedi que l’on croit mort et qui renaît aussitôt de ses cendres…de Havane. Toujours fidèle et non alignée, elle se joue de toute les modes et passe à travers le poids des ans. Pour elle, le pape lui-même se damnerait ! Après tout, dieu est un fumeur de Havane, chantait le poète.

Aujourd’hui une étoile aux lèvres rouge nous quitte, une page de la “révolution toujours à recommencer” se tourne. Un être manque, mais un peuple ne peut plier ! On se lamente un peu en souvenir des dames du temps jadis mais on se console en regardant le futur d’une liberté fière et indomptable, dressée face aux maccarthystes d’hier, d’aujourd’hui et de demain !

A la semaine prochaine et hasta la victoria siempre

la redaktion sous le charme

Ce à quoi vous avez échappé :

– Polémique : Mariage gay ou divorce homo ?
– Fédéral : Un « jeune » VLD pour scinder les pensions. Très drôle ce Di Rupo !
– Belgique-Ecosse, un commentaire de Renton : « I hate being Scottish. We’re the lowest of the fucking low, the scum of the earth, the most wretched, servile, miserable, pathetic trash that was ever shat into civilization. Some people hate the English, but I don’t. They’re just wankers. We, on the other hand, are colonized by wankers. We can’t even pick a decent culture to be colonized by. We are ruled by effete arseholes. It’s a shite state of affairs and all the fresh air in the world will not make any fucking difference. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuelle_%28s%C3%A9rie_de_films%29
http://en.wikipedia.org/wiki/Fidel_Castro#Allegations_of_wealth
http://en.wikipedia.org/wiki/Black_Emanuelle
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Cuito_Cuanavale
http://fr.wikipedia.org/wiki/Juan_of_the_Dead

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :